MISE EN LUMIERE

2 places pour la projection en avant-première ...

2 places pour la projection en avant-première de L'ASTRAGALE aux 30 premières personnes qui cliqueront sur le lien de Contact

De Brigitte Sy (FR) - 2014 - 1h37 avec Leïla Bekhti, Reda Kateb, Esther Garrel... Sortie le 8 avril 2015 par Alfama Films. Une nuit d'avril 1957. Albertine, 19 ans, saute du mur de la prison où elle purge une peine pour hold-up. Dans sa chute, elle se brise l'os du pied : l'astragale. Elle ...

En savoir plus

Mise en avant

2 places pour la projection en avant-première  ...
Printemps des Poètes Centre Cutturel de METZ QUEULEU-Metz Le 15/03/2015 En savoir plus
Printemps des Poètes
DANTONS TOD Badisches Staatstheater Karlsruhe-Karlsruhe Jusqu'au 08/07/2015 En savoir plus
DANTONS TOD
A votre santé ! Actions quartiers Elsau-Strasbourg Du 18/03/2015 au 15/04/2015 En savoir plus

Le Chant de la Mer...

La création à l'unisson | Mozart, BrucknerOrches...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Fills Monkey // Incredible Drum Show...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Tal - Acoustic Tour...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

SMASHED...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

"Pub Quiz" britannique...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Germain Muller : enfin… redde m'r devun ! Enfin...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Anthony Caro. Œuvres majeures de la collection W...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Jean Philippe Stuzmann...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Machin(e)s désirant(e)s et délirant(e)s...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

Natou color...

Le compositeur autrichien Anton Bruckner a suscité de vifs débats à Vienne dans la deuxième moitié du XIXe, mais sa Symphonie n° 4 en mi bémol majeur, “Romantique”, a su faire taire toutes les réserves qui avaient pu être émises à son sujet. Cette oeuvre, qui porte en elle sa part de lumière, révèle le profond sentiment mystique que Bruckner éprouve au contact de la nature : la création s’ouvre à ses yeux dans toute sa majesté, il en est subjugué et nous invite à le rejoindre dans cet instant de sidération. Cette lumière, on la retrouve dans la Symphonie n° 34 en ut majeur de Mozart, la dernière qu’il a écrite à Salzbourg en 1780. Une lumière particulière en provenance de l’Italie, qui inspire au célèbre compositeur un Finale admirable : une synthèse rayonnante entre polyphonie baroque et classicisme viennois. Cette symphonie exceptionnellement construite en trois mouvements, que les historiens estiment toutefois complétée ultérieurement par un menuet de 1782, reste étrangement peu jouée. La méconnaissance de cette pièce trop rare la rend d'autant plus précieuse. L’occasion est trop belle de libérer enfin ses réelles qualités : puissance, splendeur et légèreté.

MOZART | Symphonie n° 34 en ut majeur KV488

BRUCKNER | Symphonie n° 4 en mi bémol majeur “Romantique” WAB 104

MOTEUR DE RECHERCHE

AGENDA

Recherche avancée

ANNUAIRES

PETITES ANNONCES