Spectacle Vivant Théâtre - Spectacle

Le marteau et la faucille

Comédie de Colmar Saison 2019/20

Le marteau et la faucille
Date Du 27/05/2020 au 29/05/2020
Contact
Horaires, dates et informations particulières Grande salle
ME 27.05.20 à 20H
JE 28.05.20 à 19H *
VE 29.05.20 à 20H
* Rencontre avec les artistes à l’issue du spectacle

Tarifs
Description de Don DeLillo ? traduction Marianne Véron
adaptation et mise en scène Julien Gosselin
Partager sur Facebook

avec Joseph Drouet

scénographie Hubert Colas assisté d’Andréa Baglione – création musicale Guillaume Bachelé, Maxence Vandevelde – création lumière Nicolas Joubert – création vidéo Pierre Martin – création sonore Julien Feryn – costumes Caroline Tavernier

Chute…

Inspiré d’une nouvelle de DeLillo, Le Marteau et la Faucille est une réflexion sur le capitalisme. Mais une réflexion à la DeLillo : pleine de digressions, de pas sur le côté, de fulgurances. Terrain de jeu idéal pour Julien Gosselin qui peut y déployer son théâtre multiforme, bouillonnant et virtuose.

Julien Gosselin, homme des adaptations impossibles. Et réussies. Qui ne se souvient de la pièce Les Particules élémentaires tirée de Houellebecq ? Ou de 2666 du roman-fleuve de Bolano ? Deux spectacles chocs acclamés au Festival d’Avignon. Depuis 2018, c’est l’univers de l’écrivain américain Don DeLillo qui le fascine : « Dans cette nouvelle, (…) il y a tout de la littérature contemporaine qui fait mon travail depuis dix ans maintenant. Le Marteau et la Faucille raconte l’histoire d’un homme dont nous comprenons qu’il a été trader dans une autre vie et qu’il vit aujourd’hui dans une prison, passant d’une salle TV au terrain de football des détenus, tous comme lui puissants financiers ayant fait fortune dans les hedge funds. Ils sont là, engoncés dans leur absolue solitude, sans plus de pouvoir que celui de se remémorer leurs vies perdues. Écrit en réaction à la crise économique mondiale de 2008, le texte est bien plus qu’une condamnation des excès du capitalisme financier. Il est une réflexion sur la possession et la perte, sur la fragilité des hommes, sur l’absence d’espoir (…). » Julien Gosselin



<< Retourner aux résultats de la recherche

AGENDA

Recherche avancée

ANNUAIRES

PETITES ANNONCES